- Ce forum est désormais inactif -

Merci d'utiliser la nouvelle plate forme communautaire : www.wow-rppvp.fr


    L'histoire d'un elfe

    Partagez
    avatar
    Shensko

    Messages : 3
    Date d'inscription : 08/09/2013
    Age : 23

    L'histoire d'un elfe

    Message par Shensko le Dim 8 Sep 2013 - 18:55

    Ce sont les histoires qui marquent l'Histoire. Celle que je vais vous raconter n'est pas la glorieuse histoire d'un héros au cœur pur, ce n'est pas celle non plus d'une veuve désolée par la peine, partie au combat pour venger la mort de son amant. L'histoire que je vais vous raconter est celle d'un elfe, Fingolfin Oronrá.

    Fingolfin, « le mortel » en thalassien, drôle de prénom pour un Haut Elfe, est né quelques dizaines d'années avant la fameuse attaque des Amanis contre les Hauts Elfes dans une famille modeste de laquelle il était le second enfant. Son père, Voronwë Oronrá chassait toutes sortes de bêtes dans les forêts au Sud de Lune d'Argent et sa mère vendait les peaux et les viandes des prises que Voronwë faisait sur les étales de Lune d'Argent. Fingolfin avait un grand frère, Elroïr, pour lequel il vouait une admiration sans pareille. Ce dernier était l'enfant prodigue de la famille, Fingolfin n'était pas en reste, mais Elroïr étant le plus agé c'était essentiellement à lui que le patriarche de la famille enseignait les rudiments de la chasse. Et, quand le drame de la mort frappa la famille Oronrá en la personne de Voronwë, c'est Elroïr qui prit le flambeau et assura un approvisionnement constant en viande et en peaux.

    Quand arrivèrent les guerriers Amanis, les choses commençaient très mal pour la famille Oronrá, la mère des deux frères avait été tuée par les trolls alors qu'elle était en dehors de Lune d'Argent, plus au Sud dans les forêts qu'on appelle aujourd'hui les Terres Fantômes. Fingolfin lui était un forestier, un archer d'élite de l'armée elfique, quant à son frère, il s'enrôle par la force des choses. C'est au cours d'une bataille sanglante, avant que les Humains ne furent arrivés au secours des Hauts Elfes, qu'Elroïr succomba, sous les yeux de son petit frère. Il fut enterré avec un semblant d'honneur, comme tout ceux morts au combat, mais son nom n'était rien d'autre qu'un énième au milieu d'une longue liste, un nom que personne ne remarquerait.

    Pendant les mois et années qui suivirent la guerre, Fingolfin plongea dans un profond chagrin, une peine sans remède si ce n'est le pire de tous : la haine. Dès la mort de sa mère mais ceci ne fit que se renforcer avec celle de son frère, Fingolfin se mit à nourrir une profonde aversion pour les Trolls, sans distinction de clan, et une certaine rancœur contre les Hommes auxquels il reprochait d'avoir été trop long à intervenir. Puis vint la Troisième Guerre, et après elle la création d'un ordre nouveau au sein de la société qu'on appelait désormais celle des Elfes de Sang, les Chevaliers de Sang. Fingolfin, dont le cœur était encore taché par la sombre couleur de la peine, s'intéressa à cet ordre qui utilisait la lumière pour se guérir, voire même disait-t-on, pour ressusciter les morts. Il quitta les forestiers et devint un chevalier de sang.

    Au sein de cet ordre, l'elfe devint un combattant hors-pair, ses supérieurs applaudissaient chacun de ses entrainements, l'espoir de voir revivre son frère faisait battre son cœur, mais personne n'en savait rien. Fingolfin se rapprocha d'une de ses consœurs, Lalaith Elensar, une romance naquit même entre eux, une lumière éclos alors dans les yeux de Fingolfin, remplaçant le chagrin par une croyance intime quoi qu'infime encore que l'avenir pouvait être positif. Mais il n'est rien de pire pour un homme, qu'il soit elfe, humain, orc, nain, gnome ou quoi que ce soit, qu'une lumière violemment éteinte, la noirceur subite dans laquelle on se trouve plongée laisse alors la panique envahir les moindres recoins de notre âme au point qu'on ne se trouve plus guidé que par la peur. C'est ce qui arriva lorsque Lalaith, apprenant les plans de Fingolfin, décida d'en informer la hiérarchie des Chevaliers de Sang, ils retrouvèrent le cadavre d'Elroïr taché par des centaines d'impacts de lumière, impacts qui avaient été vains, en prirent possession et le mirent à l'abri avant de bannir Fingolfin de l'ordre des chevaliers de sang et de Lune d'Argent.

    L'elfe se retrouva seul, avec le sentiment d'avoir été trahi, par une femme qu'il avait chéri, et une patrie pour laquelle il avait tout donné, mère, frère, et force. Personne ne sait où Fingolfin s'en alla après son exil, quoi qu'il en soit, la colère, la haine et la peur qui étaient en lui avaient attiré l'attention de quelque chose de puissant, un Dieu Ancien s'était insidieusement faufilé dans l'esprit de Fingolfin, lui susurrant à l'oreille ses plans, prenant possession de l'elfe. Ce dernier revint alors à Lune d'Argent une nuit avec la ferme intention de récupérer le cadavre de son frère, ses pensées altérées par la volonté de l'esprit qui avait pris possession de lui. Lalaith Elensar, une des rescapées de ceux qui tentèrent de l'empêcher d'accomplir son dessein, écrit :

    « Il était facilement entré dans Lune d'Argent, comme s'il eut été un rocher inarrêtable et qu'il avait simplement écrasé les gardes. Son pas était lourd et ses yeux noirs, nous étions quatre Chevaliers de Sang pour le stopper, je l'interpellai par son prénom et il ne se retournait même pas, on eut dit qu'il était animé par une force qui nous dépassait tous, si bien qu'il nous écrasa sans mal, tuant les trois elfes qui étaient avec moi, j'étais à terre, apeurée, il se pencha sur moi et je sentis à sa voix, froide, glaciale, qu'il n'était plus celui que j'avais connu « mon nom est Shensko » dit-il avant de continuer sa route. »

    Shensko, comme il avait désormais décidé de se faire appelé, influencé par le Dieu Ancien qui lui avait susurré ce prénom à l'oreille, récupéra le cadavre de son frère et s'en alla en Norfendre. Il avait pu voir pendant la Troisième Guerre ce dont était capable Arthas, et il avait une idée, son envie de ressusciter son frère était si forte que même le Dieu Ancien qui le controlait n'arrivait pas à l'empêcher de faire ce qu'il prévoyait de faire. Shensko rencontra Arthas et lui demanda de faire de son frère un Chevalier de la Mort, mais de lui laisser son libre arbitre, en échange, il lui donnerait un Dieu Ancien. L'idée était aléchante et Arthas accepta, trahi par Shensko, le Dieu Ancien pris toute lumière en l'elfe, jurant qu'il vivrait dans une nuit éternelle. L'elfe s'en alla alors avec son frère qui reprenait vie peu à peu. En réalité Arthas ne pu rien faire du Dieu Ancien qu'il avait reçu de Shensko, celui-ci réussi même à lui échapper.

    Quand Elroïr fut parfaitement conscient, les deux frères alors bien loin du continent de Norfendre, il fut horrifié par ce que son frère avait fait de lui, un monstre, une abomination, et plus encore, il fut horrifié par celui qu'il appelait jadis Fingolfin était devenu. Toujours fidèle à sa patrie, Elroïr voulu apporter son frère aux mains de la justice elfique, mais Shensko réussi à s'enfuir. La malédiction du Dieu Ancien était donc vraie, celui pour lequel Shensko s'était battu toute sa vie afin de le revoir l'avait trahi, il était seul, et il ne voyait rien qui puisse lui apporter le salut. Rejeté de tous, Shensko entra dans la clandestinité, un Chevalier de Sang déchu.

    [HRP]Si vous voyez des détails ou des libertés que j'ai prise par rapport au lore, hésitez pas à m'en faire part pour que je corrige tout ça Smile
    Merci d'avoir lu le bg de ce perso ![/HRP]

      La date/heure actuelle est Lun 23 Oct 2017 - 22:55