- Ce forum est désormais inactif -

Merci d'utiliser la nouvelle plate forme communautaire : www.wow-rppvp.fr


    présentation de Mickael

    Partagez
    avatar
    mickael/malk

    Messages : 110
    Date d'inscription : 07/08/2011

    présentation de Mickael

    Message par mickael/malk le Jeu 11 Aoû 2011 - 17:45

    réserver
    avatar
    mickael/malk

    Messages : 110
    Date d'inscription : 07/08/2011

    Re: présentation de Mickael

    Message par mickael/malk le Jeu 11 Aoû 2011 - 17:46

    (hrp) histire de mick avant son arivé dans Brumes

    Transition

    Une lettre écrite a mot de sang, un avenir rouge de sang, la vengeance appelle la vengeance. Tel est mon héritage, tel est mon lien de sang.

    Je m’appelle Mickael Viktor de la grande famille des Amadéeus Braine. Ma famille a toujours vécu dans l’opulence et la richesse, propriétaire terrien des confins de la tourmente et nobles depuis la 15 eme génération. Je n’étais qu’un enfant quand Genn Grisetête a décidé de rompre le contact avec l’alliance de Lordearon et de créer l’immense mur portant son nom. Ma famille n’avait que faire de la politique du roi seul leurs terres et leur richesse les intéréssaient.

    Pourtant ils ont presque tout perdu en une nuit. Alors que les terres du roi Terenas étaient pillées et réduites en cendre par l’arrivée du Fléau mort-vivant, Genn a réquisitionné presque tout le royaume pour repousser ces hordes de cadavres ambulants, qui parvenaient à passer malgré le mur de Grisetête. Mes Frères, mon Père furent obligés de se battre et finirent par mourir en héros malgré leurs lâcheté et leur couardise « Toujours en arrière ! Même pas foutus de porter une épée convenablement ! Pah ! Ces sangs bleu ! » Ce fut le retour des survivants sur nos terres. Mère refusa de me laisser partir, ce qui me sauva ... Mais rien ne nous sauva de la ruine.

    Quelque années après l’assaut du Fléau mort-vivant la famille Amadéeus Braine n’était plus que l'ombre d'elle-même, Mère avait du vendre une partie de nos terres, il ne restait plus que notre misérable maison familiale. Mère finit par m’envoyer a la capitale tandis qu’elle essayait de sauvegarder ce qu’il restait de mon « héritage » ... Une vague farce a mon avis. En ville je fis la rencontre de Sir Crowley, un noble ami du roi. Mais l’isolement et la façon dont la couronne se servait de nos terres poussèrent le vieux baron borgne a soulever le peuple contre le roi de Gilnéas. Ce fut un lamentable échec. Comme beaucoup je fut enfermé quelques jours dans la prison, d’autres moins chanceux y resteraient des années. Pour beaucoup Genn était devenu un tyran.

    L’alerte… Une nuit de pleine lune. La capitale était isolée depuis plusieurs semaines, et un a un les villages aux alentours avaient cessé toute communication. Ce soir quelque chose grouille dans nos rue, les soldats se sont regroupés autour du prince Liam, fils unique de Genn Grisetête. Comme la plupart des citadins j’avais reçu l’ordre d’aller voir un soldat pour commencer l’évacuation de la ville, mais à notre plus grand malheur, l’homme en question avait été écorché vif et ce fut son cadavre mutilé que nous trouvions devant la grille fermée. Quelques secondes après cette macabre découverte, les rues retentirent de hurlements à glacer le sang. Au coin de la rue j’ai vu ce qui avait provoqué ces cris. Des Worgens... des centaines et des centaines de Worgens. Comme beaucoup j’avais appris l’existence de ces bêtes, mais les voir devant moi a provoqué une révulsion dans mes entrailles une seule chose a faire devenait un impératif… Fuir.

    La ville grouillait de ces monstres et sans m’en rendre compte j’étais là à tenter de les repousser armé de mon courage et d’une faux trouvée dans les étals du quartier commerçant, mais rien à faire, ces monstres semblait de plus en plus nombreux. Nous avons finit par quitter le quartier pour rejoindre l’armée royale devant la prison. La ce ne fut pas avec le dégout habituel que j’avais eu pour lui, mais avec un soulagement viscéral que je vis le roi lui-même. Genn nous prit de suite en main et avec quelques homme me demanda d’aller libérer un prisonnier de longue date... Sir Darius Crowley, le soi disant « traitre ». Ce fut avec joie que je retrouvais le vieux Baron qui luttait arme au poing contre les Worgen alors qu’un de ses hommes tentait de sauver un blessé. Après de longues heures a bouter les Worgens loin du blessé, Darius et les quelques hommes de notre compagnie se séparèrent. Crowley nous avait expliqué qu’une partie de l’artillerie lourde se cachait dans les sous-sols d’une des maisons, non loin de la prison. Après avoir prévenu le Roi, quelque peu choqué que Crowley ait pu cacher des canons sous son nez pendant si longtemps, mon petit groupe se sépara pour chercher les armes lourdes. Seul je me suis dirigé vers les sous-sols d’une des maisons... Quelle fut ma surprise de voir un homme tremblant de fièvre, à peine l’avais-je touché qu’il poussa un cri à glacer le sang.

    Il m’a mordu…. L’homme malade est devenu d’un coup un de ces monstres à poil et il m’a mordu au bras. Il n’a pas fait long feu et j’ai eu la vie sauve grâce la fille de Darius qui lui logea une balle en pleine tête. J’ai eu un frisson glacial... Si cet homme était devenu un Worgen d’autres pouvaient subir le même sort. A la hâte je suis retourné dehors pour voir que ces bêtes avaient encore avancé. Ce fut avec soulagement que j’appris que Crowley et les canons étaient en place et qu’un alchimiste avait été secouru.

    L’ordre d’évacuation a été donné. Les vagues de Worgens sont de plus en plus nombreuses... à croire que toute cette engeance avais l’idée de réduire notre ville à feu et a sang. Alors que le roi, son fils Liam et les réfugiés partaient dans les montagnes, les anciens rebelles avaient pour objectif d’attirer l’attention des bêtes vers la cathédrale. La morsure qui pourtant me semblait bénine me fait de plus en plus mal, comme si le Worgen qui m’avait mordu était malade et qu'à cause de cette morsure j’avais attrapé une infection. Qu’importe la douleur, je me suis promis de ne pas me comporter comme un lâche... pas comme mon père et mes frères. Avec les personnes qui m’avaient accompagné tout au long de cette sinistre nuit, je me suis proposé pour aller avec Crowley pour détourner l’attention de ces bêtes poilues.

    Ca y est, on a réussi, on a fini par rameuter toutes ces monstruosités autour de la cathédrale. En ce moment même beaucoup de nos hommes font chanter les canons pour réduire ces loups en chair à pâté, tandis que la plupart restaient à l’intérieur. La morsure d’il y a quelques heures me fait un mal de chien. Quand j’ai regardé j’ai failli tourner de l’œil. Elle avait prit la couleur de l’encre et des touffes de poil commençaient a pousser par-ci par-là… Seigneur j’ai peur de découvrir ce que ça signifie.

    La Cathédrale est envahie. Les Worgens on fait une percée nous luttons pour les repousser mais ils sont de plus en plus nombreux impossible de tenir… Que ? C’est impossible les Worgens n’avancent plus... Ce flottement est...

    Je ne me souviens de rien… à part cette douleur lancinante au crâne et mes sens décupler. Depuis la cathédrale jusqu'à mon réveil je n’ai plus de souvenir à part des odeurs et le goût du sang. Je suis devenu un Worgen... Ma première réaction fut le dénit, puis le dégout de moi-même. Qu’ai-je donc fait pendant cette période de vide ? Je viens de me rendre compte que je suis au fond d’une grotte, attaché à des... à des raçines ? Malgré ma force décuplée impossible de me libérer. Qu’est ce donc que cette silhouette assise en face de moi ? Il me fixe de ses étranges yeux d’argent, il est grand plus grand qu’un simple humain. Une douce odeur s’échappe d’étranges objets posés au sol. La silhouette semble chanter dans une langue inconnue et plus le temps passe plus je sens que je reprends le contrôle sur mon corps.

    Ca y est. J’arrive à nouveau à me souvenir de qui je suis et malgré que ma voix soit rauque et grave je peux parler de nouveau. Je ne ressens plus le besoin bestial de tuer... Mon étrange sauveteur se présente comme un "Kaldoreï" ou plus précisément "Elfe de la nuit". C’est vrai qu’il y a des ressemblances avec les elfes que j’ai pu voir sur les gravures, mais il est plus grand et plus animal sa peau a une couleur pourpre et ces cheveux sont de couleur corbeau le plus fascinant reste ces étranges yeux couleur de lune, sans pupille. Il se dit être un druide, je ne sais pas trop ce qu’il me veut mais je pense que je lui dois la vie même si il s'agit d’être dans la peau d’un monstre.

    Il a fini par me dire son nom, Findècano Serre-de-lune. Même si je reste pour le moment enchaîné à ces raçines un climat de confiance commence petit a petit a se mettre en place, en même temps que ma maitrise de mon corps se fait. J’ai appris beaucoup grâce a lui, une nouvelle alliance a été formée avec comme base les humains d’Hurlevent, les nains de Forgefer, les Gnomes de Gnomeregan, les Elfes de la nuit ,puis ce qu’il a appelé des "Draeneï" se sont ensuite joints au cœur de l’alliance. Depuis maintenant près de 6 a 8 ans lui-même a connu bien des choses. Fils cadet d’une grande famille il n’a pas de souvenir précis de ce qu’il appelle la grande fracture comme beaucoup des siens il a suivit la voie de son Shan’do Malfurion Stormrage. Il avait 2 enfants une fille et un garçon l’une est devenue une sentinelle l’autre comme son père a suivit la voie des druides. Sauf que contrairement a Findècano, Anariel s’est essayé à la voie sombre des druides de la faux, les druides du loup. Je sens qu'à chaque fois qu’il parle d’Anariel, une sourde douleur qui se voit dans les yeux d’argent de mon sauveur et plus le temps passe plus j’éprouve de l’affection pour le vieil elfe.

    Ca y est il m’a libéré. Après être sur que je contrôlais totalement ma bête intérieure, l’elfe m’a libéré des sarments. Il m’a parlé d’un rituel qui pouvait radicalement me permettre de contrôler mon coté Worgen, mais d’un coté il m’a expliqué que ce rituel pouvait au contraire faire de moi à nouveau un monstre sans aucune âme... J’ai des angoisses mais je suis décidé à passer ce rituel tout ce qui compte c’est d’essayer. Au pire il devra me tuer mais je préfère mourir que de redevenir une bête sauvage.

    C’est incroyable ! Ca a marché mieux que de contrôler mon côté bestial. Après ce douloureux rituel ou j’ai du entrer en moi pour affronter l’esprit de la bête, j’ignore combien de temps celà a duré mais à la fin, lorsque j’ai ouvert les yeux, j’ai eu l’agréable surprise de retrouver mon corps humain. Mon sauveur m’expliqua que j’avais un grand contrôle sur ma bête et que grâce a ce contrôle je pouvais a tout moment passer de ma forme humaine a celle du Worgen mais qu’une émotion forte, une agression ou un stress intense me redonnerait ma forme animale.

    Findècano a continué à me former mais cette fois de façon plus active il m’apprend la voie de la Serre celle des druides Corbeau, pendant une période qui m’a semblée des plus longue, impossible à dire. Tout au long de cette période mon Shan’do comme je l’ai appri qui signifiait Maître Honorable, m’a expliqué que son fils était devenu un des premiers Worgens et qu’il a fini par le tuer. A la fin de son histoire il s'est isolé.

    Crowley est vivant. Pendant mon temps libre j’ai fini par visiter la forêt noire et je suis tombé sur l’arbre géant. Là, j’ai reconnu le vieux noble, grâce a son œil caché mais surtout a son odeur. Alors il retrouva son vieux compagnon d’armes, le roi Grisetête, accompagné d’un homme que je savais être son proche conseiller, un homme froid et arrogant. Le conseiller voulait nous obliger à subir la « Loi Gilnéenne » ce qui provoqua le dégout de nombreux Worgens, suite à quoi Darius émit un grondement lourd « Est-ce vrai Genn ? Est-ce que cette vermine parle en votre nom ? Etes vous la en allié ou en tyran ? » Quel choc. A peine Darius avait-il fini sa phrase que le roi s’est transformé à son tour en Worgen sous le regard surprit de nombreux Gilnéens et le regard dégouté du conseiller « Non mon vieil ami, je viens en égal. »

    Je suis revenu dans la grotte pour finir mes bases de druidisme pendant que Darius et Genn préparaient la tactique pour récupérer Gilnéas. Puis nous nous sommes retrouvés devant la ville à coté de Darius. C’était la première fois que je voyais mon mentor se battre et c’était beau et sinistre à la fois. Sous sa forme de sélénien il massacrait les réprouvé, lançant sort sur sort, Cyclones, Feux Stellaires et même des Météores. A la fin nous avions coincé Sylvanas elle-même.

    Gilnéas est en deuil… le prince Liam Grisetête est mort tué par Sylvanas. Alors que nous pleurons ce douloureux sacrifice, la horde poursuit son attaque. Un duo d’éclaireur viens de nous prévenir que Sylvanas allais utiliser la « peste». Je ne savais quoi penser... si Findécano était là il aurait pu nous expliquer ce qu’était cette peste... Une chose dont même les orcs parlent avec dégout. Qu’importe les ordres de son chef de guerre, Sylvanas a déployé là-dite peste. Une seule solution : évacuer la ville et fuir avec nos nouveaux amis Kaldoreï. Une fois à Quilleport une partie des troupes sont partis sur le front contre les orcs et d’autres ont prit d’assaut la canonnière pour la faire sauter.

    Ca y est nous, partons pour Kalimdor. Les Gilnéens fuient les terres qu’ils ont connu pour rejoindre leur terre d’exil. Darius a déjà en tête de regrouper des Worgens pour former une résistance, tandis que notre roi partira pour Hurlevent afin d’officialiser notre arrivée dans cette nouvelle alliance. Pour ma part, j’ai hâte de retrouver mon mentor afin de finir ma formation de druide.

    Darnassus... Findècano m’en avais parlé mais la voir en vrai c’est autre chose … La ville entière est construite dans un arbre géant les maisons elles-même sont faites dans les arbres, seule la place de la guerre et le temple d’Elune, déesse lunaire du peuple Kaldoreï sont fait de marbre blanc. Les Ginéens ont été regroupés autour d'un arbre, jumeau de celui se trouvant sans la forêt noire de Gilnéas. Pour ma part je me rends chez mon Shan'do.

    Mon mentor est mort... il a été retrouvé assassiné chez lui, le dos transpercé de plusieurs dagues et abattu de plusieurs coups d’épée. La seule chose qui semblait se trouver a coté du corps c’était un vieux journal tremper dans son propre sang. Qui a fait ça ? Et pour quelle raison ? Je me suis juré de trouver les responsables de sa mort et de les tuer un à un. Un testament m’a été remis : La fille de mon mentor récupère sa maison à Orneval et la plupart des biens, bijoux, livres ne traitant pas de druidisme, les objets familiaux... Moi je me retrouve avec une maison meublée en plein Darnassus, tout ce qui traitait du druidisme, d’étranges armures de cuir ornées de plumes dont celle que portait Findécano quand il était a Gilnéas, une curieuse orbe blanche de la taille d’une noix graver d’une dague, les fauves du druide, son hypogriphe de guerre, son tabard du cercle Cénaréen, Arvius la lance du corbeau, le bâton de couleur émeraude de Findècano, une étrange plume noire striée d’or ainsi qu’une lettre et le-dit journal trouvé sur le corps torturé de celui que je considérait presque comme un père... un modèle.

    Voici là lettre en question :
    « A mike…

    Mon garçon si tu lis cette lettre c’est que je suis mort, sans doute assassiné par le traitre. Tu trouveras tout les détails sur son identité dans le journal que j’ai laissé à ton intention. K’espère que tu termineras ce que j’ai commencé, que ce soit ta formation de druide corbeau ou la fin du-dit traitre.

    Mike de tous mes élèves tu es celui qui me tiens le plus à cœur. Quand je t’ai trouveé bestial, aux confins de la tourmente sur le cadavre de cette femme, ma première réaction avait été de tenter de te tuer. Mais j’ai senti en toi quelque chose de différent, comme si contrairement à mon fils tu pouvais être sauvé corps et âme. Alors je t’ai capturé et enchaîné. Ce fut long et laborieux autant pour moi que pour toi, au moment du rituel de la faux, mais avec ta volonté et mon savoir tu as presque pu redevenir toi-même.

    Le fait que tu ai accepté de suivre mes enseignement après le rituel de la faux m’a emplit le cœur d’une joie que je n’avais connu depuis la naissance de ma fille Anessia. Te former et t’apprendre comme je l’avais fait avec Anariel fut dur au niveau émotionnel mais à la fin j’étais fier de moi-même. Contrairement a mon fils de sang j’ai ressentit de la fierté quand nous avons lutté pour reprendre Gilnéas. J’ai vu ton regard plein d’envie et j’y ai vu une soif de connaissance et une maitrise de soi qui n’a fait que renforcer mon choix de te prendre comme Thero'Shan et comme fils adoptif.

    Comme tu dois t’en rendre compte tu as toi aussi reçu a ma mort une part de l’héritage familial : les deux félin et mon hypogryphe te reconnaitront comme leur maitre. Les tenues de la Serre s’adapteront à tes deux morphologies et la maison à Darnassus sera enregistrée à ton nom. Ne t’inquiètes pas trop pour Anessia, je lui ai parlé de toi avant même d’écrire cette lettre, et le fait de me voir a nouveau heureux a surpasser sa méfiance et le fait de perdre une partie de son héritage pour un humain.

    Voici une liste de noms en qui tu peux avoir toute confiance. Contacte-les rapidement, surtout le premier de la liste.

    -Jack Campillo
    -Malkrean Shenvrek
    -Calian Riverwind
    -Flora Riverwind
    -Bolgath Pied-de-Fer
    -Okura Okami
    -Mirar Del'Nieb
    -Vannille de Beauprès
    -Arthan Melhendring
    -Gabriel Angello
    -Artemis Entrerie
    -Elesta Eternaem

    Il y a bien d’autres personne mais leurs noms m’échappent pour le moment mais à ceux -là tu peux faire confiance. Dans le journal qui te sera confié se trouveras surement le nom du traitre. Aides toi de ceux de cette liste pour le tuer, je peux te paraître brutal mais il est en partie responsable du cataclysme qui s’est abattu sur notre chère Azeroth.

    J’ai toute confiance en tes dons et de nombreux maitres druides seront tout a fait capables de finir ta formation.

    Que la grâce d’Elune éffleure ton âme et que l’essence de Cénarius, Shan'Do de tous les druides guide tes pas, que ce soit sur terre, dans les airs, ou dans le rêve d’émeraude, mon fils…

    Findécano Serre de lune »

    C’est les larmes aux yeux et dans un hurlement de rage retenu au fond de la gorge que je replie la lettre de mon père d’adoption parti trop tôt. Le journal retranscrit une série d’enquête sur un culte appelé le "Marteau du Crépuscule". Mon mentor y parle d’une liste et du fait que Jack Campillo lui ai demandé de faire des recherches dans le camp du-dit culte. Les dernières pages elles, ont été arrachées, sans doute par le traître dont parle la lettre. Quoi qu’il en soit je doit retrouver ce "Jack" et lui expliquer. Ce nom apparait dans un registre, il serait le chef d’une bande de mercenaires appelée Epsilon qui serait en ce moment-même a Gilnéas, en compagnie d’un regroupement appelé "Ligue" je doit le trouver peut-être que lui saura qui est le traitre et qu'il m’aidera à me venger.

    La page suivante est vierge.

      La date/heure actuelle est Lun 23 Oct 2017 - 22:54