- Ce forum est désormais inactif -

Merci d'utiliser la nouvelle plate forme communautaire : www.wow-rppvp.fr


    Mekkah Rafistôle

    Partagez
    avatar
    Mekkah

    Messages : 21
    Date d'inscription : 06/08/2011

    Mekkah Rafistôle

    Message par Mekkah le Mar 9 Aoû 2011 - 19:18

    Au creux des dunes du désert de Tanaris, un vent chaud et sec fait claquer la toile d'une douzaine de tentes. Des bannières flottent au dessus de ce campement, les couleurs de Forgefer et de la Ligue des Explorateurs sont facilement reconnaissables.
    Du matériel de fouille et d'excavation ainsi que des machines à la mécanique compliquée se disputent la place entre les tentes. Des dizaines de nains et de gnomes sont affairés à un travail ou à un autre, creusant le sable ou étudiant des morceaux de roches disposés sur des tables en tréteaux.
    D'une tente un peu plus grande que les autres et au dessus de laquelle bat les couleurs de la capitale naine, s'entendent des cris de femme. A chacun des cris, les regards se tournent vers la tente. A l'intérieur de la grande structure de toile, se trouvent un gnome et trois naines dont l'une est couchée sur un lit de camp. C'est cette dernière qui pousse des hurlements. Les deux autres naines lui tiennent la main ou lui éponge le front. Le gnome, lui, ne voit pas le visage rubicond de la suppliciée à cause du ventre massif et gonflé qui le cache.
    Le travail pour l'accouchement a commencé il y a plus d'une heure et un grand nain à la longue barbe d'un blond-roux éclatant fait les cents pas devant l'entrée de la tente. A chacun de ses passages, son regard essaye de percer la pénombre de l'ouverture mais il ne peut rien voir et se contente de poursuivre ses vas-et-vient, projetant rageusement du sable du bout de sa botte.
    Soudain un cri, plus intense que les précédents, traverse le campement puis le silence s'installe, seulement dérangé par le bruit du vent qui cogne les tentes. Le nain n'en peut plus. Il se décide et fait un pas vers l'ouverture de toile mais à cette instant, la plus jeune des naines sort et se dirige droit vers lui.
    « Papa! J'ai une petite sœur !!! » dit-elle en se jetant dans ses bras.


    Le soir même, une petite fête est organisée en l'honneur de la naissance. Quelques fûts de bière sont percés et chacun peut se servir à souhait. Dans un grand fauteuil installé près du grand feu pour l'occasion la mère et l'enfant se reposent paisiblement. Non loin de là, le père se tient dans l'ombre au coté du gnome ayant assisté à l'accouchement.
    « Merci beaucoup, Grippo, mon ami. » dit le nain avec un grand sourire éclairant son visage.
    « C'est votre femme qui à fait tout le travail, je n'ai fait que l'assister. C'est une femme vraiment courageuse. »
    « Tu es trop modeste comme toujours. Et quelle chance que notre mécanicien soit également versé dans les arts de la médecine. » Tout deux rirent de bon cœur à ces mots et se frappèrent amicalement le dos.


    Au levé du soleil, le vent commence à souffler et on peut apercevoir les restes de la soirée arrosée. Tout le monde est encore un peu somnolant et même les gardes chargés de la protection du camp semblent heureux d'avoir leur grande lance sur laquelle s'appuyer. Les têtes commencent à apparaitre à l'entrée des tentes mais soudain, le son d'un cor de guerre se fait entendre. Au sommet de la plus haute des dunes entourant le campement, une grande silhouette apparait, dressée sur un loup tout aussi impressionnant. Peu à peu, d'autres silhouettes apparaissent aux cotés de la première.
    Les premiers rayons du soleil viennent se refléter sur les armures et les armes des nouveaux arrivants. Le grand guerrier au centre de la troupe lève haut la hache à double tranchant qu'il tient dans sa main et dans une clameur de cri de guerre et de hurlements, les loups et leurs maitres lancent l'assaut sur le campement nain.
    Une pluie de flèches et de javelots précède la vague d'assaillant. Il s'agit d'orcs et de trolls. Tel une vague, ils déferlent sur les nains encore groggy par leur longue veillée. Malgré la fatigue, les gardes se redressent et se préparent au combat. Mais déjà, des corps sans vie sont visibles un peu partout au centre du camp, la plus part avec la gorge tranchée. Des ombres décharnées se promènent entre les tentes. Des réprouvés armés de dagues et d'épées courtes tuent, sans pitié, chaque personnes qu'ils rencontrent, se servant des ombres pour éviter de se faire repérer par les défenseurs.
    Les nains et les gnomes se retrouvent encerclés, se battant à un contre deux ou trois. Les assaillants sont plus d'une centaine, il ne font aucun prisonnier et leur surnombre leur donne un avantage décisif.
    Dans la grande tente, la famille du nouveau né est rassemblée. Le père a revêtu une cote de maille, une hache et un bouclier entre les mains. La mère tient son jeune enfant dans ses bras mais un long couteau de chasse est accroché à sa ceinture. La fille plus âgée se dresse à coté de sa mère.
    Dans un bruissement de toile, le gnome apparait au coté du nain, suivi par une autre naine entièrement vêtue de cuir noir et armée de couteaux de lancé et de deux énormes masses d'arme.
    « Seigneur, ils sont trop nombreux. Nous ne pourrons pas les vaincre. »
    « Je le sais mon ami, je le sais. » dit le nain armé.
    Il se retourne vers sa famille et pose ses arme pour enserrer pendant quelques longues secondes.
    « Il est trop tard mes amours. Nous ne pourrons pas tous fuir. »
    Le nain s'écarte un peu et prend le bébé des mains de sa femme, regardant celle-ci dans les yeux. Il tend ensuite l'enfant au gnome.
    « Occupe toi bien d'elle, je veux qu'elle survive. »
    Ensuite, le nain se tourne vers son autre fille et la prend dans ses bras.
    « Tu dois aussi partir Serazane, ma chérie, je sais que tu es forte mais aujourd'hui n'est pas ton heure. »
    Le gnome se tourne vers la naine en cuir et d 'un geste du menton imperceptible lui ordonne de partir en emmenant la fille.
    Elle jette un sac sur son dos et soulève un pan de toile pour faire passer Serazane. Juste avant de la suivre la naine lance un autre sac au pied du gnome et lui sourit tristement.
    « Bonne chance Maitre, vos affaires sont dans le sac ainsi que tout le lait que j'ai pu trouver pour la petite. »
    « Merci Sia, prend bien soin de Serazane et suis le plan comme prévu. »
    Grippo, le gnome repose le nouveau né dans les bras de sa mère et de son père le temps d'ouvrir son sac et d'en retirer dagues et armure de cuir. Une fois équipé, il s'avance vers les parents en silence. La mère embrasse une dernière fois son bébé et le tend au gnome. Il installe la petite confortablement dans son sac à dos et dégaine un couteau pour entailler le bas de la tente.
    Juste avant de partir, il se retourne pour jeter un dernier coup d'œil au couple de nain.
    « Adieu Seigneur. »
    « Adieu ma fille et merci à toi mon fidèle ami. » lui répond fièrement le nain. »
    La seconde d'après, le gnome et l'enfant ont disparus, laissant mari et femme seuls. Au dehors de la tente,les bruits de combats et les hurlements se font de plus en plus proches. Les deux nains dégainent leurs armes et sortent sous le soleil en poussant des cris de guerre nain.


    Le voyage de Grippo et de l'enfant fut long et périlleux. Après avoir méticuleusement fouillé le campement, les orcs ont patrouillé dans la régions pour découvrir des fuyards mais le gnome est un maitre pour ce qui est de brouiller les pistes et de se cacher.
    Enfin arrivé à Gadgetzan, il se servi de ses relations pour trouver un bateau en partant pour les royaumes de l'est tout passant inaperçu. Ce qui ne fut pas une mince affaire avec un bébé âgé de quelque jour. Une fois dans les terres de l'alliance, le retour fut moins rude et les deux petits voyageurs furent enfin de retour à Forgefer.
    A son arrivée, Grippo se rendit directement à sa maison où sans un mot il tendit le bébé à sa femme. Celle-ci savait à quoi s'attendre et par le regard de son mari, elle su qu'il n'y avait aucune question à poser.


    La jeune naine, grandit dans les quartiers gnomes de Forgefer. On lui donna le prénom de Mekkah et elle prit simplement le nom de ses parents adoptifs, Grippo et Last Rafistôle. Ceux-ci n'avait pas d'enfant et éduquèrent Mekkah comme leur propre fille.
    On découvrit très vite des talents pour l'ingénierie à la jeune naine et elle se mit à fréquenter les fabricants d'arme à feu. La précision de ses tirs fit d'elle un membre des fusilliers de Forgefer à part entière malgré son jeune age. La jeune Mekkah fut engagée comme tireur d'élite dans une unité de reconnaissance de Gnomeregan, sa mission était de nettoyer les nids de troggs qui se rapprochaient un peu trop de la surface. Ses prouesses en firent une guerrière très appréciée par ses pairs.


    L'univers de Mekkah se résumait à une série de vallées situées entre les Caves de Forgefer et les rivages poisseux des Paluns. Dès qu'elle en eu l'occasion, elle se fit engager comme garde et mécanicien dans une expédition de la Ligue qui se rendait sur les terres elfes. Mekkah savait que ses parents avaient été tués par des membres de la horde et une rage sommeillait en elle, attendant de se relâcher sur ceux qu'elle considérait comme ses véritables ennemis. Dans la forêt d'Orneval, l'expédition fut attaquée par une troupe d'orcs Chanteguerre mais les assaillants furents repoussés grâce à l'arrivée de sentinelles elfes de la nuit. Les fouilles purent commencer et Mekkah décida de se rendre au près des guerrières elfes. En effet les talents de tireur de la naine étaient indéniable mais elle ne connaissait rien dans l'art du pistage et de la survie dans la nature ainsi que sur la faune qui l'habite.
    Au coté des sentinelles, Mekkah perfectionna ses talents et s'en servit pour combattre les Chanteguerres. La jeune naine se jeta corps et âme dans la guerre face aux orcs, elle ne vivait plus que pour détruire ceux qui avaient tuer ses parents. Cette période de sa courte vie fut particulièrement sombre bien que ses talents de traqueurs devinrent exceptionnels.
    Mekkah commençait à se poser des questions. Elle se comportait comme un mercenaire sans foi ni loi, bataille après bataille, elle ne ressentait qu'un grand vide en elle. Elle décida alors de retourner chez les siens à Forgefer. Pour se faire, elle prit un bateau d'Auberdine vers la cité humaine de Hurlevent. En se promenant en ville, elle fut surprise de voir autant de personne. Même si la plupart étaient des humains, il y avait des êtres de toutes races.
    Un jour qu'elle se baladait entre la vielle-ville et le quartier naine, Mekkah aperçu un contingent de soldats en armure qui ne semblaient pas appartenir à la garde d'Hurlevent. En effet, parmis les humains, il y avait des nains, des gnomes et des elfes. La naine rassembla discrètement des renseignements sur ces guerriers. Il s'agissait de la Garde Impériale. Un très ancien ordre de guerriers défendant les royaumes de l'est.
    Mekkah prit alors une décision qui allait changer le cour de sa vie. Elle allait rejoindre la garde Impériale et défendre sa patrie aux cotés de ces grands guerriers.











    La suite arrive bientôt avec mon incorporation à la Sainte Croisade.


      La date/heure actuelle est Lun 23 Oct 2017 - 22:55